AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (facultatif) Le bestiaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message

avatar
Ilúvatar
Admin

Parchemins : 60

MessageSujet: (facultatif) Le bestiaire   Dim 2 Sep - 1:13

Le bestiaire
Terre du Milieu


Les aigles

Les Aigles sont les principaux serviteurs de Manwë, à qui ils rapportent les nouvelles du monde. Au début du Premier Âge, il les envoya en Beleriand surveiller Morgoth, et ils s'établirent dans les pics du Crissaegrim. Là, ils furent les alliés des Noldor, leur servant de messagers et de gardes, en particulier pour le royaume caché de Gondolin. Ils sauvèrent également à plusieurs reprises des grands personnages : quelques années après Dagor Bragollach, ils sauvèrent Húrin et Huor d'un destin funeste en les transportant à Gondolin, et ils permirent également à Beren et Lúthien de fuir Angband après qu'ils eurent récupéré un Silmaril.

Au cours du Second Âge, les Aigles ne sont mentionnés que comme symboles de la colère des Valar envers les Númenóréens impies : de grands nuages d'orage en forme d'aigles étaient envoyés sur l'île, et les hommes les craignaient grandement. Les Aigles de Manwë s'établirent par la suite dans les Monts Brumeux, les plus hauts des sommets du nord-ouest de la Terre du Milieu. Ils continuèrent, semble-t-il, à être les yeux de Sulímo, agissant de temps à autres pour aider les Peuples Libres, par exemple lors de la Bataille des Cinq Armées.

Le plus grand de tous les Aigles qui existèrent jamais fut Thorondor, leur roi, dont les ailes faisaient trente toises d'envergure ; il apparaît à de nombreuses reprises dans les récits du Premier Âge. Au Troisième Âge, les principaux représentants de cette race sont Gwaihir, le Seigneur du vent, et Landroval son frère, descendants de Thorondor. Actuellement, personne ne sait où résident les Aigles, et les voir est synonyme de bon présage.

Les araignées géantes

La première fut Ungoliant, un esprit incarné dans la forme d'une araignée géante qui vivait dans un ravin au pied du Hyarmentir, en Avathar, au sud d'Aman, où elle dévorait toute lumière qui passait à sa portée. En l'année des Arbres 1492, Melkor vint la rejoindre et lui promit de quoi satisfaire sa faim insatiable. Ainsi, cachés sous la toile de nuit tissée par l'araignée, ils traversèrent les plaines de Valinor jusqu'à la colline d'Ezellohar. Là, Melkor perça les Deux Arbres de sa lance, et Ungoliant but leur sève, leur injectant son poison mortel par la même occasion. Ainsi, lorsqu'ils approchèrent d'Angband, Ungoliant resserra son emprise sur Morgoth et le somma de lui donner les joyaux de Formenos pour qu'elle les dévore, ce qu'il fit de mauvaise grâce. Mais, lorsque Ungoliant réclama les Silmarils, il refusa, et elle s'attaqua à lui ; il poussa un cri si terrible que les Balrogs cachés dans les ruines d'Angband l'entendirent et accoururent pour aider leur maître ; Ungoliant fut forcée de fuir. Elle se réfugia dans une vallée située entre l'Ered Gorgoroth au nord et la forêt de Doriath au sud, et cette vallée s'appela dès lors Nan Dungortheb, Vallée de l'Épouvantable Mort, car Ungoliant s'y accoupla avec d'autres araignées, peuplant la vallée de ses hideux rejetons. La légende veut que plus tard, Ungoliant soit partie vers le sud, et qu'elle ait fini par se dévorer elle-même en son insatiable faim.

Sa seule descendance connue est Arachne, une araignée géante qui naquit probablement dans la vallée de Nan Dungortheb, en Beleriand. Fille d'Ungoliant et d'une des sombres créatures qui hantaient la vallée, elle échappa à la submersion de la région à la fin du Premier Âge et partit vers l'est. On retrouve sa trace lorsqu'elle s'installa dans le col de Cirith Ungol, dans l'Ephel Dúath, avant même que Sauron ne s'installe au Mordor. De là, sa descendance colonisa tout l'Ephel Dúath, puis la Forêt Noire. Cependant, elle-même ne bougea plus de Cirith Ungol, dévorant Elfes, Hommes ou Orques passant à sa portée, les empêchant par là même d'entrer ou de sortir du Mordor, ce qui convenait parfaitement à Sauron.

Les balrogs

Maiar attirés par la puissance de Melkor, les Balrogs sont les plus puissants de ses serviteurs, excepté Sauron. Ils ont la forme de grands démons de feu entourés d'ombre, armés d'une épée enflammée et d'un fouet. Ils participèrent à toutes les grandes batailles du Premier Âge contre les Elfes de Beleriand, sous le commandement de leur seigneur Gothmog, qui devait périr lors de la chute de Gondolin, durant laquelle les Balrogs jouèrent un rôle actif. Les Balrogs, toutefois, périrent presque tous à la fin de cet Âge, durant la Guerre de la Grande Colère, face à l'invincible légion des Valar, et les rares qui purent fuir la défaite de leur maître se terrèrent sous les montagnes, et on n'en entendit plus parler, sauf d'un seul : le Balrog de la Moria.

Les crébains

Ces corneilles (et non corbeaux) noires vivent au sud des Monts Brumeux, leur habitat s'étendant du Pays de Dun à la forêt de Fangorn. Plus grands et forts que les corneilles communes, on les dit élevés par Saroumane à des fins d'espionnage.

Les dragons

L’origine des dragons revient à Morgoth, selon un procédé dont l'histoire fut perdue. Le père des dragons, Glaurung, grandit lentement dans les profondeurs d'Angband avant de sortir pour la première fois en 260 du Premier Age et d'être sérieusement blessé, ce qui apaisa la frayeur initiale qu'il avait suscitée. Sa seconde sortie, durant Dagor Bragollach, fut bien plus terrible et il ravagea les armées des Elfes et des Hommes. Son efficacité fut la même à Nirnaeth Arnoediad, où il fut cependant blessé. Plus tard il parcourut le Beleriand à la tête de ses Orques, détruisant Nargothrond et s'y installant sur un trésor, avant d'être finalement tué par Túrin Turambar.

Glaurung ne possédait pas d'ailes mais des pouvoirs redoutables. Si ses rejetons pouvaient voler, il n'est pas dit s'ils possédaient la même étendue de puissance ; le feu craché par les dragons pouvait détruire des Anneaux de Pouvoir, hormis l'Unique. Ils grandissaient lentement mais leur vie était longue. Trois autres dragons sont cités dans les légendes : Ancalagon, Scatha et Smaug.

› Ancalagon le Noir était le père des dragons volants, et le plus grand d'entre eux. Durant la Guerre de la Grande Colère, il affronta Eärendil dans le ciel, et il fut vaincu. Sa chute fut si terrible qu'il détruisit le Thangorodrim. Après la chute d'Angband, tout comme les Balrogs, les dragons furent massacrés et les survivants se dispersèrent.
› Scatha le Ver attaqua les Nains des Montagnes Grises vers 2000 du Troisième Age, avant d'être vaincu par Fram, un seigneur des Éothéod.
› Smaug, le dernier des grands dragons, s'attaqua lui aussi aux Nains, venant des Montagnes Grises. Il massacra les habitants du Royaume sous la Montagne, seuls quelques-uns parvenant à s'échapper. Il s'installa sur le trésor des Nains, avant d'être délogé par Thorin et Compagnie et d'être tué par Bard.

Les ents

Nom donné par les Rohirrim aux Onodrim. Les Ents furent créés par Ilúvatar à l'initiative de Yavanna. Ils sont les Bergers des Arbres, ceux qui protègent les olvar, et dont la juste colère était redoutée. Leur première intervention certaine remonte à la Bataille de Sarn Athrad, durant laquelle ils emportèrent les Nains survivants, que nul ne revit jamais. Les Ents ne sont plus très nombreux, car les femmes Ents ont disparu depuis la fin du Second Âge.

Les Ents sont des êtres végétaux semblables à des arbres et dotés de la parole ainsi que de la capacité de se mouvoir. Ils sont plutôt lents, tant à la réflexion qu'à la colère, et semblent parfois touchés par la léthargie, certains devenant alors « arbresques ». De toutes les races, ce sont les Elfes qu'ils apprécient le plus pour leurs langues mais surtout pour leur grand respect et leur grand amour de tout ce qui pousse. Leurs pires ennemis sont sans conteste les Orques. Leur langue est sonore, lente, répétitive et agglutinante. Elle ne peut être prononcée correctement que par eux seuls. Ils apprécient particulièrement la langue des Hauts-Elfes dont Sylvebarbe parlait une variété dialectale : le quenya entique. De nos jours, personne, ou presque, ne croit à l'existences des Ents, et leur présence en Terre du Milieu relève souvent du mythe.

Les huorns

Les Huorns sont apparemment de vieux Ents qui, avec le temps, sont devenus « arbresques » et sauvages. Cependant ils peuvent toujours parler, se déplacer à très grande vitesse lorsqu'il le faut et communiquer avec les autres Ents. On ne sait combien il y en a, mais ils sont probablement plusieurs centaines. De par leur caractère sauvage, en partie dû à leur profonde colère contre les Orques, leurs pires ennemis, les Huorns sont des êtres dangereux, au point que Sylvebarbe en personne n'ose les rencontrer sans la présence d'autres Ents.

Les mearas

Selon les Hommes, les Mearas auraient été amenés de l'Ouest par le Vala Oromë. Le premier d'entre eux fut dressé par Eorl le Jeune, qui le nomma Felaróf.

Les Mearas ont une longévité hors du commun : ils peuvent vivre une vie d'homme, comprennent leur langage et sont les plus rapides et les plus endurants des chevaux. Tous ne se laissent monter que par les Rois de la Marche ou leur descendance, hormis Gripoil.

Les mûmakil

Gigantesque bêtes grises aux grandes oreilles et à la forme éléphantine, les mûmakil - ou Oliphants en Comté - sont aussi hauts que des collines, et la terre tremble à chacun de leur déplacement. Au Troisième Age, on ne les trouve qu'en Harad, où les Haradrim s'en servent comme d'engins de guerre. Ils transportent des tours de guerre emplies de garnisons, et sont souvent décorés de peintures flamboyantes. Leur existence n'est réellement connue que de quelques peuples, et dans toute la Terre du Milieu elle n'est perçue que comme une vieille légende.

Les trolls

Les Trolls sont des créatures au service de Morgoth, puis de Sauron. Massifs et d'une force impressionnante, ils se démarquent également par leur intelligence restreinte qui les limite aux tâches les plus basiques dans les armées des ténèbres : combattre, faisant office de troupes de choc, ou tirer d'importantes charges. Leur principal handicap est leur incapacité à supporter les rayons du Soleil : s'ils ont le malheur d'être touchés par ceux-ci, ils finissent pétrifiés.

Ils semblent être apparus en même temps que la faune d'Arda, et étaient à l'époque des créatures sans langage ni véritable intelligence. Morgoth et Sauron comprirent toutefois que leur force serait un atout, et ils mirent leurs esprits au service du mal. Ces Trolls parlent tout d'abord des dialectes orquins, mais au Troisième Âge, ils ont abandonné cette langue pour un westron dégénéré.

Leur première apparition attestée eut lieu lors de la bataille de Nirnaeth Arnoediad, durant laquelle la garde rapprochée de Gothmog était formée de Trolls. Après la chute de Morgoth, ils fuirent vers l'est ; certains se retrouvèrent en Eriador (parmi eux se trouvaient sans doute les ancêtres des Trolls que rencontra Bilbo lors de l'Expédition d'Erebor), mais d'autres suivirent Sauron en Mordor et le servirent fidèlement. Celui-ci mena des expériences sur eux qui donnèrent naissance aux Olog-hai, des Trolls supérieurs en tous points aux Trolls normaux : contrairement à eux, ils ne sont pas pétrifiés par la lumière du Soleil, et ils s'expriment en parler noir.

Plusieurs classes de Trolls sont mentionnées : outre les Olog-hai, on trouve des Trolls des cavernes (dans la Moria), des Trolls des collines (en Mordor et dans les Landes d'Etten), des Trolls des montagnes et des Trolls des neiges (auxquels est comparé le roi Helm de Rohan).

Les wargs

Dès le Premier Âge, les loups, ou tout au moins une partie d'entre eux, ont été créatures de Morgoth. On les retrouve ainsi aux ordres de Sauron à Tol-in-Gaurhoth, l'Île des Loups-Garous, avec parmi eux le terrible Draugluin dont Carcharoth, gardien des portes d'Angband, fut l'immonde descendance.

Peut-être apparentés à ceux-ci, les Wargs apparurent au Troisième Âge. Ils constituent une race de loups malfaisants et particulièrement grands vivant au nord-est des Monts Brumeux. D'une intelligence relative et possédant même leur propre langage, ces loups ont coutume de faire alliance avec les Orques dans leurs razzias. Au cours de ces raids, certains d'entre-eux vont jusqu'à se laisser monter comme des chevaux.

Au cours du Troisième Âge, nous en trouvons partout les traces funestes, notamment pendant l'Expédition d'Erebor et au cours de la Bataille des Cinq Armées. Des régiments de Monteurs de Loups constituaient alors l'avant-garde des Orques et des meutes de Wargs, sans cavaliers, participèrent au combat.

© 2012 informations trouvées sur tolkiendil, basées sur l'oeuvre de J. R. R. Tolkien,
TOUTE REPRODUCTION INTERDITE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terredumilieu.forumgratuit.ch
 

(facultatif) Le bestiaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TERRE DU MILIEU :: Coin administratif :: Papiers annexes-